S’initier au tirage photo

L’ère du numérique prolifère tellement de nos jours que presque personne ne fait plus attention au tirage photo argentique et au développement des négatifs d’antan. Pour ceux qui pensent encore à développer leurs négatifs, il faut retenir que le tirage noir et blanc consiste à inverser les valeurs du négatif pour en obtenir une image positive sur papier.

Pour cette opération, il faut un agrandisseur, un compte pose, des bacs ou des cuvettes. Il faut également des lampes inactiniques pour éclairer le laboratoire. Pour réussir ses développements photo, le laboratoire doit être installé dans une pièce ventilée ou d’un volume assez important.

Quelques notions à retenir :

Pour développer ses photos, il faut par exemple savoir que côté matériel, l’agrandisseur permet de projeter une image agrandie d’un négatif sur le papier et qu’il faut que la chimie soit préparée dans le respect des spécifications du fabricant.

Le développement comprend quatre étapes : révélateur, bain d’arrêt, fixateur et lavage.

Pour réussir chaque étape, il faut respecter la durée  et la température des bains et ceux-ci doivent être aussi, conformes à la notice des produits. Il est recommandé d’agiter les bains pour une meilleure efficacité des produits utilisés. Il est fortement conseillé d’utiliser une pince pour la manipulation du papier car la propreté de cette dernière diminuera les risques d’allergies. Dernier point à retenir pour réussir son tirage photo: il ne faut pas dépasser les spécifications du fabricant sur la conservation des produits ainsi que sur la quantité d’épreuves qu’ils pourront traiter.

Les négatifs, c’est quoi ?

Lorsqu’on regarde un négatif avec attention, on pourra constater qu’il est en tonalités inversées d’une photo sur papier. Ce phénomène tient tout simplement au fait que la photographie argentique de chez photocite par exemple, utilise des sels d’argent avec une structure modifié une fois exposé à la lumière. Une fois que le film soit développé, les zones les plus exposées à la lumière apparaissent noires et les zones ayant reçu moins de lumière virent au gris. On utilise alors un papier argentique réagissant au principe analogue à celui du film. Projetée dessus, l’image du négatif va inverser les valeurs de tonalités à nouveau si bien que le ciel sombre deviendra par exemple, clair sur le papier.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *